Vidéosurveillance

Installateur vidéosurveillance buraliste

Vidéosurveillance bureau de tabac

Mettre en place un système de vidéosurveillance est un atout considérable pour votre sécurité. Il permettra de dissuader et de surveiller.

En quoi consiste un système de vidéosurveillance ?

Un système de vidéosurveillance est composé de plusieurs matériels principaux :

  • les caméras : elles seront placées aux endroits stratégiques selon le lieu où elles sont installées ;
  • l’enregistreur : le système permettant aux images d’être enregistrés ;
  • le stockage : directement lié au système d’enregistrement. Les images peuvent être stockées dans un disque dur, un serveur NAS ou encore sur le “Cloud” ;
  • l’écran de visualisation : le dispositif qui retransmet les images des caméras en direct. Cet écran peut être un appareil portable comme un smartphone ou une tablette ;
  • le système de commande : c’est le panneau de contrôle. Il permet de gérer les fonctionnalités du système de vidéosurveillance.

Il faut savoir qu’il existe deux types de vidéosurveillance. En fonction de vos besoins et du lieu où ce système sera installé, le choix de la vidéosurveillance sera différent. Renseignez-vous sur vos besoins et optez pour un de ces deux types :

  • la vidéosurveillance analogique : c’est le dispositif le plus utilisé. Les caméras sont reliées à un enregistreur qui capturera les images en direct et les diffusera sur un écran de visualisation grâce à un câble coaxial. La qualité de l’image est parfaite et sera utile pour les identifications. Mais ce dispositif demande des travaux assez importants et donc un coût plutôt élevé ;
  • la vidéosurveillance IP : c’est un dispositif où les caméras sont reliées à un réseau informatique. Les images sont traités par ce dernier et se retrouvent sur un réseau internet sécurisé. Ce dispositif permet de gérer les caméras depuis n’importe où dans le monde. Le fait de fonctionner sans fil réduit de façon considérable les travaux qui seront effectués et donc le coût de la mise en place, mais au détriment de la qualité des images.

Une fois que vous avez défini le type de surveillance nécessaire, il vous faudra choisir le type de caméras que vous allez utiliser.

Quels sont les différents types de caméras ?

Définir vos besoins est primordial pour choisir les caméras qui seront installées. Car chaque type de caméras peut répondre à des besoins différents.

Il existe par exemple des caméras très voyantes, qui viseront à dissuader les futurs voleurs, ou très discrètes, afin de ne pas être repérés et prendre les voleurs en flagrant délit. Il en existe également qui filment à 360°, motorisées, ou encore infrarouges.

Au-delà de vos besoins, il faudra analyser les capacités des différents types de caméras. En effet, suivant le lieu à équiper, certaines caméras ne pourront pas être installés en raisons de leurs contraintes physiques.

Vous trouverez aussi des caméras qui filment 24h/24 et d’autres qui se déclenchent au passage d’un intrus.

Quelles sont les subventions accordées aux systèmes de vidéosurveillance ?

Les municipalités souhaitant se munir d’un système de vidéosurveillance peuvent être accompagnées par une des deux aides financières suivantes :

  • les aides des collectivités : ce sont les conseils généraux départementaux qui décident de lever des fonds pour un projet de vidéosurveillance. Cette aide n’est pas assurée à 100%, car elle dépend des priorités de votre département. Si jamais votre projet est accepté, les fonds qui seront débloqués dépendront du type de vidéosurveillance dont vous avez besoin ;
  • les subventions du FIPD : les Fonds Interministériel pour la Prévention de la Délinquance, créés par l’Etat en 2007, visent à subventionner des systèmes de vidéosurveillance dans des zones exposées à la délinquance. Le taux de cette subvention se situe entre 20% et 50% du coût global de l’installation.

Afin d’installer un système de vidéosurveillance, il faut s’informer sur le cadre légal imposé à cette installation. Ce système est très contrôlé et les propriétaires de commerces devront donc déclarer le dispositif à la CNIL ou faire une demande d’autorisation à l’autorité préfectorale.

Seulement 3 matériels du système de vidéosurveillance se verront attribuer une aide financière pour les particuliers :

  • enregistreur : une subvention de 1 200 euros par pièce ;
  • caméra : une subvention de 500 par pièce ;
  • écran de visualisation : une subvention de 350 euros par pièce.